Société

Chers collègues de 2030

Chers collègues de 2030,

Lorsque vous entendrez les actualités évoquées durant l’année 2020, ou que vous en parlerez à vos collègues qui ont vécu « l’époque de la pandémie deCovid-19 », vous n’en croirez pas vos oreilles. Car oui : nous sommes vraiment restés confinés chez nous pendant TROIS MOIS. Du jour au lendemain, tous ceux qui le pouvaient se sont mis au travail depuis leur domicile. Les commerces non essentiels ont fermé leurs portes, les portes des écoles et des crèches sont restées obstinément closes, et la circulation s’est arrêtée. Aller au supermarché est devenu une expérience inconfortable, impliquant l’usage important de gel désinfectant, de masques buccaux et d’instructions claires afin de garder ses distances les uns par rapport aux autres.

C’était véritablement hallucinant… Mais il fallait dompter la courbe de contamination !

Nous avons été parmi les chanceux qui ont pu continuer à exercer leur emploi. Contrairement à beaucoup d’autres, nous n’étions pas stressés par nos finances. Mais le stress était présent, sous une autre forme. Parce que motivés comme nous le sommes, nous tenions à faire notre travail à la perfection, et à ce que tous les rouages continuent à tourner. Les numéros d’équilibriste auxquels sont habitués tous les parents actifs sont devenus un écartèlement pénible. Et les enfants ne s’y sont pas toujours retrouvés. On en a vu surgir, postérieur à l’air, en pleine vidéoconférence avec notre boss… Et pas question d’un bon apéro entre amis pour rire de tout ça : les contacts sociaux étaient interdits, et de toutes façons nos bars préférés étaient fermés. Très franchement, ça n’a pas été une époque très réjouissante. Ni pour les parents qui travaillaient à domicile avec de jeunes enfants, ni pour celles et ceux qui se retrouvaient soudain sevrés du moindre contact social. Mais nous avons eu de la chance, car nous avons pu compter sur un employeur compréhensif. Un employeur qui a le cœur au bon endroit, et une culture dans laquelle nous avons pu choisir de manière flexible la meilleure manière de nous organiser.  De plus, malgré les difficultés inhérentes au télétravail, nous avons aussi beaucoup appris.

Nous avons profité avec reconnaissance de la flexibilité qui nous était soudain offerte pour organiser nos journées de travail comme cela convenait le mieux à notre vie unique. Nous avons appris que nous pouvions abattre un fameux boulot à la maison, que nous pouvions gagner un temps précieux en déplacements, et que tous ces outils numériques étaient au final moins rébarbatifs que ce qu’on craignait au départ.

Ce qui nous a le plus manqué au bureau ? Nos collègues. Les bavardages devant la machine à café, les discussions informelles sur tel ou tel problème, le fait de rire de nos erreurs ou de pouvoir approfondir une réflexion entre deux e-mails… Le travail est aussi un lieu d’échanges sociaux. Nous avons besoin des autres pour améliorer nos propres idées, pour nous inspirer et nous challenger mutuellement. Et c’est pourquoi nous avons rapidement frôlé les limites du numérique. Rester assis en téléconférence pendant des jours s’est avéré épuisant. Nous avons perdu le contact informel avec nos collègues extérieurs à notre équipe, nous semblions moins bien informés de ce qui se passait dans l’entreprise.

Nous sommes certains qu’à votre époque, vous avez tous trouvé le juste équilibre à ce niveau. Nous présumons que le télétravail occupe une place importante, très importante, même, et que vous disposez de tous les outils technologiques nécessaires pour que chaque type de réunion, du brainstorming à la conférence, puisse aussi avoir lieu à distance, sans frustrations. Mais nous espérons que les bureaux ont encore un rôle à jouer. Nous les imaginons comme un lieu interactif où les collègues se rencontrent, se connectent entre eux et avec l’entreprise. Un lieu où partager une culture et un objectif clairs, soutenus par un leadership fort qui donne une orientation sans équivoque. Parce qu’à présent, nous avons tous compris à quel point tout cela importe peu lorsque la proportion de coopération à distance se démultiplie.

Au début de la crise, le télétravail était encore toisé avec méfiance. Mais peu à peu, chacun a pu observer par lui-même toute la passion et tout le dynamisme qui nous animent. À quel point chacun est fier de son travail, de son entreprise… et à quel point chacun s’est efforcé de faire en sorte que le navire garde le cap dans un contexte difficile. La créativité et l’engagement ont prospéré comme jamais auparavant. Ces valeurs, nous nous les sommes appropriées. Et nous vous les transmettons.

Nous vous souhaitons beaucoup de succès en 2030, que ce soit dans votre environnement professionnel trépidant ou dans le calme de votre bureau, chez vous, à la maison.

Kaat & Eva